Conférences

18. Oser s’ouvrir quand tout se ferme

 

 

La conférence se propose de raconter cette traversée en parcourant trois chemins.

Le premier encourage à oser l’actualité.
Oser avouer que nous vivons un moment difficile, que la peur de l’autre est grande, que le monde déconcerte, que les besoins de travail et d’affection ne sont pas toujours rencontrés. Comment « traverser » dans ces conditions-là ?

Le deuxième chemin suggère d’oser la fragilité.
Il n’y a pas de honte à montrer ses failles. Plus que jamais, pour tenir le coup, ou mieux, pour rester enthousiaste, dans cette traversée exigeante et difficile, il importe de faire place au manque.

Le troisième chemin, enfin, pousse à oser l’intériorité.
Rien à voir avec les sacristies ! Il ne faut pas confondre le spirituel et le dévotionnel. L’intériorité dont il sera question se veut plus « évoquante » que « confessante ».

En ouvrant et en clôturant son propos à partir d’une nouvelle de Gabriel Garcia Marquez intitulée Le noyé le plus beau du monde, le conférencier posera finalement, à travers son exposé, une question qui pourrait se formuler d’une triple manière :
Comment parler sa propre parole ?
Comment rejoindre sa vérité la plus secrète ?
Comment redevenir jeunes, même quand on est déjà vieux ?…
Mais surtout… quel rôle les femmes peuvent-elles jouer dans cette ouverture-là ?



 
 

 
Bibliographie