Conférences

 

4.Chrétiens et laïques:
Dieu merci

 
xxxQuelle sera la spiritualité du troisième millénaire ? L’éclatement du paysage religieux va-t-il encore s’accentuer ? La laïcité va-t-elle encore évoluer ? Assistera-t-on à des recompositions inédites et donc à de nouvelles synthèses ?

Devant cette situation ouverte, nouvelle, inédite, la tentation est grande de se retirer sous sa tente et de durcir son identité. Ne faut-il pas, plutôt, risquer son identité, et oser rencontrer le visage de “l’autre” ? Entre la volonté de sauver ses positions à tout prix et celle de démissionner, pourquoi ne pas prendre le pari de la singularité et accepter le vertige du dialogue ?

Ce dialogue, au cœur d’une société pluraliste, Gabriel Ringlet a choisi de le mener aussi loin que possible, dans la loyauté et dans la fermeté, avec respect et détermination. Pour lui, la libre pensée est une bonne nouvelle, et la bonne nouvelle, l’Évangile, conduit à la liberté de pensée.

 

A ses yeux, la laïcité est un formidable combat pour l’homme, pour son autonomie, pour sa liberté. La laïcité libère l’homme. Mais il affirme avec la même conviction que le christianisme est un formidable combat pour Dieu, pour son autonomie, pour sa liberté. Le christianisme libère Dieu. Il jette sur Dieu un regard qui appelle la laïcité. En ce sens, Dieu est peut-être bien plus laïque qu’on ne le pense généralement.

On devine que les propos de Gabriel Ringlet interrogent quelquefois, secouent peut-être, encouragent aussi. Ils invitent à risquer. Mais n’est-ce pas là où c’est dangereux, ambigu, difficile, que chrétiens et laïques sont appelés à vivre des convictions nomades, en ce monde, dit Lucien Guissard “où la chance de l’incertitude reste entière”.

PS: Cette conférence peut aussi se présenter sous le titre : Dieu serait-il laïque ?

 
 

 
Bibliographie